Elisabeth Cattez

Etre de la Maison de Dieu !

 

Afficher l'image d'origine
 La Sainte Trinité, vaste mystère dont nous nous sentons trop souvent bien éloignés, alors qu’il est au centre même de notre foi et de notre vie en Dieu. Le mot même de « mystère » nous inquiète, tant nous avons oublié qu’il n’y a là rien de mystérieux, mais bien dans la religion, une vérité que nous ne pouvons pas comprendre, mais que cependant nous devons croire, parce que Dieu l’a révélée.
Ce mystère de la Trinité est l’enseignement le plus fondamental et essentiel dans la « hiérarchie des vérités de foi ». « Toute l’histoire du salut n’est autre que l’histoire de la voie et des moyens par lesquels le Dieu vrai et unique, Père, Fils et Saint-Esprit, se révèle, se réconcilie et s’unit les hommes qui se détournent du péché ». C’est ce qu’a compris Elisabeth Cattez, en religion Elisabeth de la Trinité. « [Jésus], écrit-elle, vient révéler le mystère, livrer tous les secrets du Père, mener de clartés en clartés jusqu’au sein de la Trinité ».  Et quel est ce mystère : « Mère, en la Trinité le Père est la substance, Tout émane de Lui. Il opère toujours. C’est en se contemplant dans sa divine essence Qu’Il engendre son Verbe et fait naître l’Amour ».
Mais Elisabeth ne se contente pas de comprendre, par sa spiritualité elle nous montre que nous pouvons, que nous devons surtout VIVRE de, par et dans la Trinité. C’est la dignité du baptisé qui a reçu cette « inhabitation » dès son baptême des Trois en Un. « … en un profond silence Dieu se révèle à toi en sa toute-puissance, Il s’imprime en ton âme, Il se diffuse en toi, II te consomme en l’Un : c’est le rêve des Trois !… ».
Suivons-la dans ses enseignements. Scrutons nous aussi les contours du mystère trinitaire, mais essayant surtout d’en vivre chaque jour. Commençons ainsi dès le matin par le signe de la Croix : au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit en nous donnant totalement à la Trinité sainte : notre esprit, notre cœur et nos forces. Dans ce monde à la dérive, « Voilà comment j’entends être « de la maison de Dieu » : c’est en vivant au sein de la tranquille Trinité, en mon abîme intérieur... »
Publié dans Parole et Prière de septembre 2013
Publicités