Charles de Foucauld

Chercheur d’Absolu !

 

 

Dans la forte personnalité de Charles de Foucauld beaucoup d’aspects peuvent nous attirer et nous aider dans nos vies  chrétiennes. L’un d’entre eux me touche tout particulièrement : Charles a été, depuis sa petite enfance si marquée par le malheur et l’austérité, un chercheur d’absolu.

Le Bienheureux Charles de Foucauld vient secouer le « bon  catho estampillé » de sa torpeur, de ses tiédeurs. Certes, à l’image d’un saint Augustin, il s’est d’abord trompé dans sa quête d’absolu, le poursuivant dans une débauche esthétique et provocante. Cette vie de luxure le mènera, tel le fils prodigue, à un dégoût de lui-même et des autres… Il se lancera, éperdu, vers l’aventure extraordinaire de la découverte du Maroc interdit – comme quelques-uns de nos contemporains se lancent dans l’humanitaire ! -. Mais ce n’est qu’auprès de Dieu, grâce à une famille chrétienne et aimante, grâce à la présence providentielle du bon abbé Huvelin, qu’il parviendra à la seule et unique aventure, la plus prodigieuse qui nous soit proposée : devenir ami de Dieu !

Dans cette nouvelle équipée, c’est peu à peu l’appel du désert – géographique, physique, moral, spirituel – qui surgit. C’est le dépouillement du vieil homme, absolu, sans retour en arrière, dans la pauvreté d’une vie en apparence vouée à l’échec. Et c’est ce chemin désertique qui porte, des dizaines d’années après les fruits que nous savons. Mon ami, Charles, aide-moi je t’en prie, à me dépouiller chaque jour un peu plus, conduit-moi avec toi, dans ces déserts où l’on rencontre Dieu, donne-moi la force d’être un chrétien, un vrai, loin des tiédeurs nauséabondes du respect humain qui se cachent sous l’apparence de sagesse humaine, loin des compromis qui se transforment toujours en compromissions. Oui, mon ami Charles, dans ces temps troublés, prie le Seigneur pour que je sois, à mon tour, un chercheur d’Absolu !

Paru dans Parole et Prière, 2011

Publicités