G.-K Chesterton

Bannir la paresse intellectuelle !

 

 

Afficher l'image d'origineSi Dieu est amour, Il est aussi humour ! Voilà un adage qui n’aurait certes pas déplu à Chesterton, dont nombre de saillies sont passées à la postérité, celle-ci l’illustrant à la perfection : « La vie est une chose trop importante pour être prise au sérieux ». On ne saurait cependant réduire son œuvre à d’aimables plaisanteries, sans se tromper lourdement.
Chesterton fut un penseur, un intellectuel catholique, un polémiste redouté et un défenseur de l’intelligence chrétienne hors pair. Son influence littéraire et politique est indéniable – il s’opposa ainsi avec vigueur à Winston Churchill au sujet d’une loi de stérilisation des handicapés mentaux… Certes la nature (ou Dieu) l’avait doté de rares talents, mais qu’on ne s’y trompe pas, c’est aussi par un travail acharné que Chesterton s’est hissé à la place des « grands » auteurs catholiques du siècle passé. C’est cela sans doute qui manque trop souvent à l’intelligence chrétienne.
Certains catholiques s’endorment sur les dogmes enseignés – or « Un dogme, ce n’est pas l’absence de réflexion, mais sa fin » écrit Chesterton ; d’autres au nom d’une charité mal comprise – qui confine souvent au relativisme ambiant -, se croient dispensés d’un véritable travail intellectuel, d’une authentique curiosité  – « Il n’existe pas de sujet peu intéressant, il n’y a que des personnes peu intéressées ! » Tous, par paresse d’héritiers essaient de se dispenser du labeur, parfois besogneux, toujours rude, de la recherche de la vérité. Cette vérité qui  » doit forcément être plus étrange que la fiction, car la fiction n’est qu’une création de l’esprit humain et, par conséquent, est à sa mesure. »
 Au travail !
Chronique parue dans Parole et Prière, mars 2014
Publicités