Médias et armées – coup de gueule –

Afficher l'image d'origineChers amis journalistes, de toutes petites semaines nous séparent du scandale avéré d’instituteurs pédophiles au sein de l’Education nationale. Les médias, c’est-à-dire vous, ont, avec beaucoup de soin et à juste titre, évité de jeter l’opprobre sur tout ce ministère et sur toute une profession. Or aujourd’hui, sur la base d’un dossier qui a « fuité » des instances onusiennes, les mêmes médias parlent presque tous d’un « scandale qui éclabousse l’image des armées ». C’est injuste et insupportable. C’est un manque de déontologie et de professionnalisme. L’aumônier militaire, prêtre catholique  engagé auprès de ses frères d’armes, s’insurge avec vigueur contre ce traitement à deux vitesses, et honteux quand on sait les sacrifices  – y compris jusqu’à la mort –  qu’acceptent nos militaires pour assurer la sécurité de notre pays.
Il n’existe qu’une alternative.
Soit ce que contient ce rapport est vrai. C’est alors gravissime et les « salopards » qui ont commis ces faits, militaires français ou étrangers, devront être poursuivis avec la plus extrême sévérité. Se posera ensuite, bien sûr, plus en profondeur, la question de la formation éthique de nos soldats. Cependant, tant que la justice de notre pays ou une justice internationale reconnue par lui, n’aura pas rendu son jugement, il est interdit de juger à la place de ces institutions et encore moins de rendre responsable tout un ministère, des éventuels agissements criminels de quelques-uns de ses membres. Il me semble que cela s’appelle la présomption d’innocence. Amis journalistes, les militaires y ont droit au même titre que tous les autres, politiques, instituteurs ou… journalistes ! Un peu de déontologie ne nuirait pas en la matière.
 
Soit ce rapport est erroné. Point n’est besoin d’être un grand spécialiste pour savoir, en premier lieu, que des témoignages d’enfants sur de tels crimes doivent toujours être étudiés avec beaucoup de soin, comme l’attestent les affaires d’Outreau ou Iacono. Par ailleurs, ce rapport de l’ONU qui « fuite », pourrait aussi être le fruit de manœuvres de désinformation, visant à discréditer l’action de l’armée française, donc de la France, en Afrique. Beaucoup d’acteurs sur place et à l’international y auraient intérêt actuellement… Il doit bien être possible d’enquêter, avant de lancer des anathèmes sur toute une armée et de prendre pour argent comptant un rapport onusien s’appuyant sur des ONG américaines ! De telles manipulations visant l’action extérieure de la France, ont été avérées dans un passé récent, dans les Balkans en particuliers.
 
Chers amis journalistes, prenez le temps avant de réagir de manière quasi pavlovienne dès qu’il s’agit de nos armée. Vos amalgames sont non seulement insultants, mais d’une rare gravité. Oseriez vous dire à un enfant dont le père est mort, pour notre sécurité, au Mali ou en RCA ou en Afghanistan, qu’il faisait partie d’une institution composée de violeurs d’enfants ? Pouvez-vous traiter aussi mal les 7000 militaires français qui restent en permanence sur le terrain – sacrifiant leurs vies de familles –  pour assurer la mission Sentinelle, en les assimilant à des violeurs d’enfants ? Enfin, pourriez vous pousser  votre sens de la responsabilité civique jusqu’à entrevoir les conséquences de « unes » trop rapides, sur nos armées, sur leur réputation, dans le contexte sécuritaire particulièrement dangereux que connaît notre pays ?

 

Si le mode de communication des armées mérite sans doute d’être amélioré, l’approche journalistique des questions de défense le nécessiterait tout autant. Déjà, dans mon livre Un prêtre à la guerre, j’avais noté l’étrange comportement des médias lors de l’affaire Merah. J’avais écrit ceci : « Cet épisode pose beaucoup de questions sur la manière dont le journalisme est pratiqué dans notre pays, sur son indépendance réelle et sur l’absence trop fréquente de déontologie au sein de cette profession ». C’est avec regret que trois ans plus tard je reprends les mêmes mots.
Publicités

8 réflexions sur “Médias et armées – coup de gueule –

  1. A qui profiterait la désinformation? certainement aux djihadistes, peut-être aux américains qui voient d'un mauvais œil la France les remplacer comme gendarme de l'Afrique, ou alors les faits sont peut-être vrais, dans ce cas il faut attendre les résultats de l'enquête et dans le cas de l'armée, cela peut durer longtemps!!!!!

    J'aime

  2. C'est exactement ce que j'ai pensé avant d'avoir lu cet article ! Il existe en France, une petite noria e journaleux à la con qui ne savent exister qu'en semant et distillant des « saloperies » et surtout en n'aimant pas le MILITAIRE »… Rien que le terme les oripile, alors quand il s'agit de « rumeurs les concernant », ils ont vite fait de sauter dessus, condamnant, jetant opprobre et anathème, sans avoir pris le soin de vérifier…Des tordus qui n'ont de Français et de Républicain que le nom… Pour le reste, ils feraient bien de revoir la déontologie de leur profession, qui veut qu'on publie des faits exacts, avérés et surtout vérifiés…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.