Saint Jean Marie Vianney

Modèle des prêtres

 
 
L’anecdote est réelle et se déroule dans les années 1980. Des fidèles scandalisés par les comportements de certains de leurs prêtres, s’en ouvrent à leur cardinal archevêque, et finissent leur discours en prenant l’exemple du saint curé d’Ars pour montrer à quel point leurs pasteurs s’en éloignaient. La réponse du cardinal fuse : « oh vous savez, le Curé d’Ars, c’était pour le XIXe siècle ! » 
 
Quelques jours seulement après, le Pape Jean Paul II publiait sa lettre du jeudi saint, toute centrée sur la figure du… Curé d’Ars, modèle toujours actuel pour les prêtres de notre temps ! « Nous avons plus que jamais besoin de son témoignage, de son intercession, pour affronter les situations de notre temps où, malgré un certain nombre de signes d’espérance, l’évangélisation est contrariée par une laïcisation croissante, où l’on néglige l’ascèse surnaturelle, où beaucoup perdent de vue les perspectives du Royaume de Dieu, où souvent, même dans la pastorale, on se préoccupe trop exclusivement de l’aspect social, des objectifs temporels. » (Jean-Paul II, Lettre aux prêtres, jeudi saint 1986). 
 
En méditant la vie de Jean-Marie Vianney, chaque prêtre peut trouver des raisons d’espérer et de progresser ; chaque fidèle des motifs pour s’émerveiller de la grandeur du sacerdoce catholique et pour prier en faveur de ceux qui en sont porteurs, ô combien fragiles dans leur humanité. « Saint Jean-Marie Vianney apporte une réponse éloquente à certaines remises en question de l’identité du prêtre (…) Le prêtre trouve toujours, et de façon immuable, la source de son identité dans le Christ Prêtre. Ce n’est pas le monde qui fixe son statut, au gré des besoins ou des conceptions des rôles sociaux. Le prêtre est marqué du sceau du sacerdoce du Christ, pour participer à sa fonction d’unique Médiateur et Rédempteur. Alors, à cause de ce lien fondamental, s’ouvre au prêtre le champ immense du service des âmes, pour leur salut dans le Christ et dans l’Église. » (op.cit.)
Publicités