Sainte Claire d’Assise

Source d’eau fraîche

Afficher l'image d'origine

Claire ! Un prénom qui résonne comme une source d’eau fraîche, comme la promesse d’une matinée printanière radieuse ! Quoi de plus opportun, en ce mois de mars, annonciateur du printemps, mais plus encore des joies pascales ?

Claire ! Un programme aussi pour la vie de l’Eglise, jeune malgré ses vingt siècles. C’est ce que le pape Benoît XVI a rappelé en parlant de sainte Claire : « Son témoignage nous montre combien l’Eglise tout entière possède une dette envers les femmes courageuses et riches de foi comme elle, capables d’apporter une impulsion décisive au renouveau de l’Eglise » Ne nous laissons pas aller, avec les voix internes ou externes à l’Eglise, qui ne veulent voir en elle que les visages ridés par le péché de ceux qui la composent ! Œuvrons joyeusement à ce renouveau, en commençant par notre propre conversion.

Claire ! Un programme pour chacune de nos vies : plus de simplicité, plus de gaieté, d’émerveillement, de pauvreté, de tendresse et de Charité.

Claire ! Un modèle d’amitié avec saint François d’Assise. Puissions-nous trouver, à notre tour, quelque ami sur nos chemins, pour vivre, comme le soulignait encore notre pape, « l’un des sentiments humains les plus nobles et élevés que la grâce divine purifie et transfigure. Comme saint François et sainte Claire, d’autres saints également ont vécu une profonde amitié vers la perfection chrétienne, comme saint François de Sales et sainte Jeanne-Françoise de Chantal. Et précisément, saint François de Sales écrit : ‘ Il est beau de pouvoir aimer sur terre comme on aime au Ciel, et d’apprendre à s’aimer en ce monde comme nous le ferons éternellement dans l’autre. Je ne parle pas ici du simple amour de charité, car nous devons avoir celui-ci pour tous les hommes ; je parle de l’amitié spirituelle, dans le cadre de laquelle, deux, trois ou plusieurs personnes s’échangent les dévotions, les affections spirituelles et deviennent réellement un seul esprit’. » [Benoit XVI, audience générale du 15 septembre 2010]

Chronique parue dans Parole et Prière mars 2012

Publicités