Avent

Se préparer à Noël

 

 

Afficher l'image d'origine

Quatre toutes petites semaines… seulement quatre pour se préparer à la fête de Noël. Ce temps de l’Avent passe si vite, que bien souvent, nous nous retrouvons le 24 décembre midi, épuisés, vidés, par tant d’agitations stériles autour des cadeaux, des menus, des préparatifs de toute sorte. Or, bien  au contraire, le temps de l’Avent nous invite avec force, à mûrir dans le silence de nos cœurs, le mystère immense de l’Incarnation du Sauveur.

Comme le rappelle si bien la Collecte du 2e dimanche de l’Avent : « Seigneur, ne laisse pas le souci de nos tâches présentes entraver notre marche à la rencontre de ton Fils ; mais, éveille en nous cette intelligence du cœur, qui nous prépare à l’accueillir. » Cette intelligence du cœur peut s’ouvrir en nous par la lecture quotidienne des textes de la liturgie, cette pédagogie de Dieu et de l’Eglise pour nous faire entrer dans la longue attente par le Peuple élu d’un Messie, d’un Sauveur.

Quelles beautés que ces préfigurations vétérotestamentaires du Messie ! Méditons sur cette immense espérance du Salut, qui habitait le peuple Hébreu, et, à travers lui, l’humanité entière : l’accomplissement de la promesse divine, après l’horrible chute du péché des origines, d’envoyer un Messie. Qu’à l’approche de la solennité de l’Incarnation de Dieu, notre être tout entier réalise mieux l’invraisemblable plan d’amour de Dieu : devenir homme en toute chose excepté le péché, pour réconcilier l’homme avec Lui.

Folie de Dieu qui est sa vraie Sagesse !

Rentrons dans ce temps de l’Avent en demandant au Seigneur d’attiser en nous le désir de sa venue. Que tout notre être soit tendu dans l’espérance de son nouveau retour. Il est venu. Il reviendra. Amen ! Viens Seigneur Jésus !

Chronique parue dans Parole et Prière, décembre 2010

 

Publicités