Pier Giorgio Frassati

Catholique de combat

 

Afficher l'image d'origineDans ces temps où, du fait du calendrier électoral, nous sommes plongés en permanence dans le débat politique, la figure de Pier Giorgio Frassati est bienvenue.

Ce catholique convaincu aurait pu se contenter d’une vie facile, procurée par la réussite professionnelle de son père – fondateur du groupe de presse La Stampa, ambassadeur, etc. Or, très tôt, il conçoit que c’est au nom même de sa foi qu’il doit s’engager dans la société. Il vivra cet engagement à un double niveau : dans l’humilité et la discrétion en servant chaque jour les plus pauvres ; sous la lumière en participant au combat politique. L’ancrage dans une vraie vie de prière, le service des plus pauvres au quotidien, voilà ce qui légitime et crédibilise l’engagement plus politique, plus partisan. C’est déjà une grande leçon pour chacun de nous !

Sur ces fondations, c’est d’un vrai courage politique dont fait preuve Pier Giorgio, qui n’a pas peur de monter au front. Dès septembre 1921, il manifeste avec des amis de la Jeunesse catholique italienne ; il se fait arrêter par la Police et, quand on apprend qu’il est fils d’ambassadeur, refuse d’être libéré de ce fait même. L’année suivante, il est profondément choqué de constater que le Parti populaire italien du démocrate chrétien De Gaspari,  auquel il adhère, s’allie – pour peu de temps en fait – aux fascistes de Mussolini. Et quand le journal auquel il participe finit par adhérer aux idées fascistes, il n’hésite pas et en démissionne.

En quelques mots il nous livre ce qui pourrait nous servir de programme pour nos propres engagements en cette période cruciale pour notre pays :  « Chaque jour, je comprends davantage quelle grande grâce c’est d’être catholique. Malheureux, oui malheureux, ceux qui n’ont pas la foi ! Vivre sans la foi, sans ce patrimoine à défendre, sans soutenir par une lutte de tous les instants la vérité, ce n’est pas vivre sa vie, c’est la gâcher. A nous, il n’est pas permis de vivoter. Nous devons vivre et nous souvenir que, même au milieu de toutes les désillusions de l’existence, nous sommes les seuls qui possédions la vérité. Nous avons une foi à défendre, une espérance, celle de la Patrie pour nous soutenir. Trêve donc à toute mélancolie […] En avant pour le triomphe du Christ dans la société !« 

Chronique parue dans Parole et Prière, janvier 2017

 

Karl Leisner

Vivre en chrétien dans un monde païen

 

Afficher l'image d'origine

Avec Karl Laisner nous retrouvons un chrétien résistant, résistant au nom de son amour pour Jésus – le jeune Karl, pour se démarquer du « Heil Hitler« , écrira « Le Christ est ma passion, Heil !« . Alors que les voix officielles et médiatiques ne cessent de jeter l’opprobre sur notre Eglise catholique et sa prétendue collusion avec le pire du XXe siècle, le nazisme – ces mêmes voix oubliant bien  vite le communisme toujours actif -, nous rencontrons tant et tant de figures chrétiennes qui ont su, au risque de leur vie, combattre ces deux idéologies athées. Qu’elles nous servent de modèles !

Certes, nous ne sommes plus placés face au nazisme, mais comme l’a récemment rappelé le cardinal Francis George : « Le communisme a imposé un mode de vie global fondé sur la croyance que Dieu n’existe pas. Le laïcisme est le compagnon de lit le plus présentable du communisme… » C’est bien face à ce laïcisme militant que nous sommes confrontés. Ne nous laissons pas avoir par les bêlements faiblards des partisans permanents des compromis qui mènent souvent aux compromissions. A l’exemple de Karl, entrons en résistance, par amour de la Vérité, c’est-à-dire du Christ !

Ainsi, que sa persévérance, contre toute espérance, à devenir prêtre, nous édifie. Déjà, il a dû combattre contre lui-même – il était très attiré par le mariage avec un de ses camarades. Comme quoi, malgré l’idée souvent répandue, même dans mes milieux catholiques, on ne devient pas prêtre parce qu’on ne voudrait pas se marier ! -. Puis, malgré toutes les difficultés, c’est dans un camp de concentration nazi, par un évêque français lui aussi incarcéré, qu’il sera ordonné prêtre.

Sa courte vie sacerdotale – il meurt en 1945 alors qu’il avait été ordonné en décembre 44 – pourrait, à bien des yeux, paraître dénuée de sens. C’est un rappel pour nous, que les pensées de Dieu ne sont pas les nôtres. A tout le moins, que tant de courage et de persévérance nous invitent à vive plus pleinement notre vie chrétienne, nos engagements comme témoins du Christ, dans un monde païen. Quoi qu’il puisse nous en coûter.

Que le bienheureux Karl nous y aide.

 

Chronique parue dans Parole et Prière, février 2013

Bx Guillaume-Joseph Chaminade

Un exemple à suivre

 

Afficher l'image d'origine

Me permettrez-vous ici quelques mots plus personnels ? C’est que notre saint, le bienheureux Guillaume-Joseph Chaminade, est né – en 1761 – dans ces  vieux quartiers qui entourent la cathédrale Saint-Front de Périgueux, tout comme mon grand-père maternel ! Ce Périgord vous façonne des hommes solidement implantés dans une histoire, qui remonte… à l’Homme de Cro-Magnon ; des hommes de culture et d’esprit, marqués par des paysages multiséculaires, imprégnés d’esprit celte, tout enchâssés dans de magnifiques vallées ombrageuses, et des causses calcaires désertiques ; des hommes souriant, à la faconde méridionale – car nous sommes bien du duché d’Aquitaine -, un brin tentés par l’esprit de fronde et de dérision.

La révolution française, dans tous ses aspects violemment anticatholiques, trouvera notre saint en pleine force de l’âge, religieux de vingt-neuf ans. Il voit alors toutes les congrégations dissoutes, et découvre atterré, la promulgation de la Constitution civile du Clergé, qui entend soumettre au pouvoir civil, la religion catholique. Ce sera alors pour lui l’exil et la souffrance. Dès qu’il le peut, après cette période de persécution affreuse – il rentre à Bordeaux en 1801 -, il retrousse ses bonnes manches de Périgourdin, et fonde la Société des Marianistes, afin d’aider à l’éducation de la jeunesse dans la foi et les vertus chrétiennes.

Ce que le père Chaminade a connu n’est peut-être pas si loin de ce que nous vivons. Nous-mêmes, catholiques français du XXIe siècle, ne sommes-nous pas tentés par la compromission et le désir d’entrer dans des formes de « constitution civile », d’autant plus pernicieuse, qu’elle ne dit pas son nom ? Nous voulons bien être catholique, mais que surtout cela ne dérange pas le voisin, et surtout ne mette pas en péril notre petit confort bourgeois ! Ainsi, toute position un peu claire de notre part, sera vite qualifiée – parfois même en interne – d’intégriste, d’intolérante, etc. Allez ! Oust ! Suivons l’exemple du bon père Chaminade : œuvrons avec courage, charité et persévérance à transmettre intégralement  le contenu de la foi et les vertus chrétiennes.

Chronique parue dans Parole et Prière,  octobre 2011