Les soldats morts pour la France sont à la fois le modèle et le creuset de la Nation française

VA début

Valeurs actuelles. Quel est le sens de la mort quand on est soldat ?

C’est une question ardue tant elle touche à l’intime de chacun. Nous savons, au sein des armées, y répondre collectivement. C’est ce que nous allons vivre lundi avec l’hommage national pour nos treize camarades morts au Mali. Cela passe par la dignité, la retenue, le respect immense, la sobriété. La mort est celle qui nous arrache un camarade de combat et paradoxalement le hisse au rang de héros. La mort au combat d’un camarade nous interdit la médiocrité dans notre vie. En ce sens, les soldats français morts pour la France et avec eux toute l’armée, deviennent à la fois modèle et creuset de la Nation française, dans cet héritage immense de Bouvines, de Jeanne d’Arc, du Grand Condé ou de Bonaparte, des Poilus de Verduns… Chaque camarade se pose alors ces deux questions : serai-je, suis-je, à la hauteur de leur sacrifice ? Ne serai-je pas le prochain ? Pour l’intime de chaque soldat la mort du camarade, comme pour tout homme ou toute femme, est questionnement métaphysique. « L’homme est une tension angoissée vers la transcendance » a pu écrire Kierkegaard. Alors que dans notre société la mort, comme la douleur, sont devenues insupportables, à la limite du tabou, elles méritent, pour le militaire un apprentissage, non seulement physique, mais psychique et métaphysique. La mort reste pour chacun de nous un aspect de l’horizon que nous ne pouvons écarter. C’est, au-delà d’ailleurs des stricts aspects religieux, le rôle aussi des aumôniers des quatre cultes, que d’accompagner nos camarades sur ce rude chemin.

Valeurs actuelles. Les armées entretiennent quelles relations avec les familles après la mort au combat ?

Une très grande compassion les unit. Je peux témoigner de la force de l’engagement des armées pour se rendre proches de celles et ceux brutalement atteints par le décès de leur proche au combat. Il peut y avoir parfois un raté, une incompréhension. Mais humainement, les militaires proches des familles des défunts, les unités d’appartenance, l’ensemble de la hiérarchie, mettent un point d’honneur, par respect et affection pour les défunts, à tout faire pour aider les familles endeuillées. Chacun de nous doit pouvoir se dire : « Si cela m’arrivait, voilà comment l’institution militaire s’occuperait de ma famille. » C’est une question de confiance et le soldat ne partirait pas au combat s’il n’avait cette assurance dans le cœur. Donc être présent. Très présent. Puis le plus dur peut-être, c’est, avec le temps, qui passe, de redonner d’une certaine manière une forme de liberté aux familles pour qu’elles s’approprient le deuil, après l’avoir vécu un premier temps dans le collectif militaire. Cette étape nécessaire sera marquée ensuite par un lien continu. Ainsi, rien de plus émouvant pour moi, de voir aujourd’hui des enfants orphelins d’un père mort au combat en Afghanistan, devenir des jeunes gens, qui témoignent de l’accompagnement des armées tout au long de leur jeunesse, et qui, pour certains, choisissent aujourd’hui le métier des armées.

valeurs actuelles. Que signifie alors la fraternité d’armes ?

Un de ceux qui en a le mieux parlé est, me semble-t-il, le philosophe américain Jesse Glenn Gray, dans son livre Au combat – Réflexions sur les hommes à la guerre, tiré de sa propre expérience de combattant de la 2e Guerre mondiale. La fraternité d’armes est à la fois moins et plus que l’amitié. Elle vous lie à tout jamais à celui ou ceux que vous n’avez pas forcément choisis (comme on choisit un ami, un conjoint), d’un lien indestructible forgé par la dureté des événements vécus. La fraternité d’armes débute avec ce que les Américains appellent le battle buddy, le « pote de combat », mais elle trouve son accomplissement dans la traversée de l’indicible, de l’horreur parfois, de l’extrême, du dénuement, de l’humiliation de celui qui se sait faible et a connu ce que décrit si bien le psalmiste (Ps 103) : « L’homme! Ses jours sont comme l’herbe. Il fleurit comme la fleur des champs. Lorsqu’un vent passe sur elle, elle n’est plus. Et le lieu qu’elle occupait ne la reconnaît plus.»

 

Paru sur le site de Valeurs actuelles : https://www.valeursactuelles.com/clubvaleurs/societe/les-soldats-morts-pour-la-france-sont-la-fois-modele-et-creuset-de-la-nation-francaise-113498

 

B O N U S

Questions non publiées

 

Résultat de recherche d'images pour "13 soldats morts au mali"

V.A. On dit que les soldats ne s’engagent pas pour mourir au combat mais sont prêts à aller jusqu’au sacrifice suprême de leur vie. Qu’est-ce que cela signifie ?

Chaque militaire, quel que soit son rôle, sa place dans la hiérarchie, sait, pressent, qu’il pourra un jour rencontrer la mort. Il est amener à y réfléchir dès les débuts de sa formation, même s’il nous reste sûrement des marges de progrès en la matière. Notre société, matérialiste, athée et individualiste, ne nous y prépare guère. Or le militaire est celui qui est prêt à côtoyer la mort, à la donner, mais aussi à la recevoir. C’est donc un apprentissage qui se déroule au travers toute sa formation, ses entraînements. C’est aussi une réflexion philosophique sur le sens de la vie, de l’engagement. Cela exige d’accepter que sa propre existence (bien intime et précieux) puisse devenir seconde face au Bien commun de la Patrie. Cela exige de chaque soldat de se bâtir un socle éthique qui tienne, même au plus fort de la crise. Le militaire ne court pas après la mort. Il n’est ni un psychopathe, ni un adolescent en recherche d’émotions fortes. Le soldat part remplir une mission, dans la force d’un groupe soudé. Rien de plus vivant qu’un militaire ! le soldat ne part pas à la mort, il ne l’évoque guère d’ailleurs, il part au combat, grave et concentré, car malgré la soif de l’action qui l’anime, il en connaît le prix et les enjeux.

V.A. Comment une telle épreuve est vécue dans les armées ?

Trois cercles sont sans doute à distinguer. Le premier réunit celles et ceux, camarades de combat, qui sont déployés sur le théâtre d’opération où le drame vient d’avoir lieu. Ils sont les premiers impactés. L’épreuve resserre très fortement les liens entre eux, dans le désir d’être à la hauteur de l’événement et des amis décédés, mais aussi, et ce n’est pas rien, dans celui de poursuivre la mission, par respect pour eux, et parce que pour un militaire la mission reçue est sacrée, quoi qu’il en coûte. C’est souvent ce dernier aspect, mal compris ou inconnu dans la société civil qui, sur place, permet le sursaut psychique et moral. Le deuxième cercle est constitué des unités auxquelles appartenaient ceux qui sont morts, avec les camarades et les chefs, qui sont restés en base arrière. À eux revient la très lourde tâche de recevoir les corps, de préparer les cérémonies, et surtout d’accompagner les familles et les proches. Pour l’avoir vécu à de nombreuses reprises, il n’est pas moins douloureux d’aller annoncer un tel décès à la famille que d’entourer de respect et d’affection le corps de nos camardes défunts sur les lieux de la mort. Cet exercice terriblement difficile suppose d’accepter, de recevoir et d’accompagner toute la charge émotionnelle des familles. C’est une mission délicate très noble qui nous unit, mais très exigeante. Enfin le troisième cercle c’est celui de toute la grande famille militaire au sens large. Du chef d’état-major des armées au simple soldat, tous se sentent concernés. D’abord parce que, dans nos armées numériquement plus réduites, on finit toujours par avoir un ami, ou un ami d’ami militaire, qui était un proche d’un des défunts. Ensuite parce que cela ramène chacun de nous à son propre engagement, à ses finalités si nobles, et à ses exigences radicales, jusqu’au sacrifice ultime s’il le fallait. Mais ces trois cercles s’entremêlent en réalité, et forment toute une communauté militaire soudée dans l’épreuve et pour laquelle le soutien de la population et des responsables politiques est d’une extrême importance.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Edith Stein

Devenir des âmes ardentes

 

Résultat de recherche d'images pour "edith stein"
Avec Edith Stein, nous voilà dramatiquement plongés dans une des périodes les plus affreuses de notre histoire européenne.
Edith naît dans une famille juive, attirée par les études de philosophie, elle passe par l’athéisme, avant de découvrir, au terme d’un cheminement courageux, la foi catholique. Et non seulement elle se convertit, mais elle entre au Carmel.
Malgré les iniques lois nazies, elle décide de rentrer en Allemagne pour vivre la persécution avec ses frères juifs. Internés à Auschwitz, elle y partage jusqu’à la mort leur sort. C’est le Pape Jean-Paul II qui la canonisera.
A travers ce parcours, c’est toute notre histoire européenne contemporaine qui prend un éclairage de Salut. Je ne voudrais cependant pas que nous en restions à quelque considération « intellectuelle » ! Plongez-vous dans les écrits d’Edith, et vous y découvrirez une âme ardente. Une âme comme Jésus les aime : palpitante, pleine de vie, qui affronte avec courage toutes les difficultés inhérentes à chaque vie humaine.
Pour ma part, c’est sans doute le récit autobiographique de sa vie qui me touche le plus : entrer dans l’intimité d’une famille juive… qui a donné une sainte catholique ! Découvrir, à travers la simple quotidienneté, l’amour enveloppant d’un Dieu très aimant qui « forge » une âme de sainte.

 

Edith Stein, Vie d’une famille juive (1891-1942), éditions Ad Solem, 2001
 
Publié dans Parole et Prière de juillet 2012