Engueulons-nous… avec charité !

Publicités

Ambroise-Marie Carré op

Fidélité

 

Résultat de recherche d'images pour "ambroise marie carré"

Même si  les frères dominicains nous ont habitués, de longue date, au prestige intellectuel de leur ordre, ce n’est pas rien, pour eux, de compter deux de leurs frères parmi les membres de l’Académie française, Lacordaire le plus connu, et le père Ambroise-marie Carré, le plus récent.

Un des aspects les plus frappants de cette riche personnalité, au travers de tant et tant d’activités, souvent menées de front, est sa fidélité. Fidélité dans les amitiés, fidélité à sa Patrie (il fut grand résistant au cours du deuxième conflit mondial), fidélité à sa vocation, fidélité à son Ordre et enfin fidélité à l’Église.

A ce sujet, l’académicien René Girard, qui lui succéda sous la Coupole, écrivit dans son éloge ces lignes révélatrices :  « Pendant les années troubles, le père Carré ne fit guère parler de lui, que par ses sermons et ses livres édifiants. Cette discrétion était si rare à l’époque, qu’elle attira sur lui l’attention des catholiques lucides, inquiets pour l’avenir de leur Église. Avec le temps, la blancheur de sa robe devient emblématique de tout ce que le chaos post-conciliaire dilapidait : le sens du péché, l’engagement sans retour, l’amour du dogme catholique, le mépris des polémiques vaines. Pour s’assurer que ces vertus n’étaient pas mortes, les fidèles se tournaient volontiers vers ce bloc immaculé de marbre blanc, comme les Hébreux vers le serpent d’airain« .

Puissions-nous, à l’image du Père Carré, dans une période non moins troublée de la vie de notre Église, vivre en vérité et avec intelligence,  cette fidélité à l’Église et à notre Foi.

Guillaume de Saint-Thierry

Amour et vérité se rencontrent

Résultat de recherche d'images pour "enluminures"

« Guillaume naquit à Liège vers 1075. De famille noble, doté d’une intelligence vive et d’un amour inné pour l’étude, il fréquenta de célèbres écoles de l’époque, comme celle de sa ville natale et de Reims, en France. Il entra en contact personnel avec Abélard, le maître qui appliquait la philosophie à la théologie, de manière si originale, qu’il suscita de nombreuses perplexités et oppositions » (Benoit XVI).

Au-delà des leçons remarquables de vie spirituelle que Guillaume développe dans ses nombreuses œuvres, au-delà de sa vie monastique passionnée de Dieu, vouée au silence et à la prière, face aux dérives d’Abélard, il n’hésitera pas à entrer en lice.

Pourtant, en 1135, à cinquante ans, il s’était retiré comme simple moine en l’abbaye de Signy, une fondation de Cîteaux dans les Ardennes. L’idéal de cette maison le rapproche de son ami Bernard et lui permet, en le déchargeant de tout souci administratif, de se livrer, comme il écrit, au « fécond repos » de la contemplation. Durant quelques années, il peut vaquer librement aux recherches spirituelles, pour lesquelles il se sent fait. Mais son repos n’a qu’un temps. On parle beaucoup en France de Pierre Abélard, ce grand esprit qui inaugure, en théologie, une méthode assez neuve, vouée à un grand avenir, mais qui n’inspire alors que des craintes assez fondées.

Le sens théologique de Guillaume est heurté par la hardiesse et surtout la logomachie du novateur. Il relève dans ses écrits, puis réfute des propositions erronées ou des abus de langage. Sa Dispute contre Abélard communiquée à saint Bernard, est à l’origine du procès qui aboutit, en 1140, à la condamnation définitive du malheureux professeur. Cet incident nous révèle un Guillaume soucieux d’orthodoxie et nous vaut, de sa part, une vigoureuse apologie de la foi traditionnelle : le Miroir de la foi , l’Énigme de la foi  (traité de la Trinité), un Commentaire sur l’épître aux Romains.

Belle leçon, d’un contemplatif, amoureux de l’Amour, pour nous catholiques, si prompts parfois à nous satisfaire de demies vérités pour ne pas heurter nos amis ou nos relations…

 

Paru dans Parole et Prière, mars 2018

Densifions-nous !

 

Pour commander le livre La densification de l’être – Se préparer aux situations difficiles, voici le lien des éditions Pippa :

http://www.pippa.fr

Couverture densification

G.-K Chesterton

Bannir la paresse intellectuelle !

 

 

Afficher l'image d'origineSi Dieu est amour, Il est aussi humour ! Voilà un adage qui n’aurait certes pas déplu à Chesterton, dont nombre de saillies sont passées à la postérité, celle-ci l’illustrant à la perfection : « La vie est une chose trop importante pour être prise au sérieux ». On ne saurait cependant réduire son œuvre à d’aimables plaisanteries, sans se tromper lourdement.
Chesterton fut un penseur, un intellectuel catholique, un polémiste redouté et un défenseur de l’intelligence chrétienne hors pair. Son influence littéraire et politique est indéniable – il s’opposa ainsi avec vigueur à Winston Churchill au sujet d’une loi de stérilisation des handicapés mentaux… Certes la nature (ou Dieu) l’avait doté de rares talents, mais qu’on ne s’y trompe pas, c’est aussi par un travail acharné que Chesterton s’est hissé à la place des « grands » auteurs catholiques du siècle passé. C’est cela sans doute qui manque trop souvent à l’intelligence chrétienne.
Certains catholiques s’endorment sur les dogmes enseignés – or « Un dogme, ce n’est pas l’absence de réflexion, mais sa fin » écrit Chesterton ; d’autres au nom d’une charité mal comprise – qui confine souvent au relativisme ambiant -, se croient dispensés d’un véritable travail intellectuel, d’une authentique curiosité  – « Il n’existe pas de sujet peu intéressant, il n’y a que des personnes peu intéressées ! » Tous, par paresse d’héritiers essaient de se dispenser du labeur, parfois besogneux, toujours rude, de la recherche de la vérité. Cette vérité qui  » doit forcément être plus étrange que la fiction, car la fiction n’est qu’une création de l’esprit humain et, par conséquent, est à sa mesure. »
 Au travail !
Chronique parue dans Parole et Prière, mars 2014

Thomas d’Aquin

Restaurer l’intelligence et l’autorité

 

 

 

Un maître incomparable, un génie, un enseignement sans égal, voilà comment peut nous apparaître saint Thomas d’Aquin. Lors du Concile Vatican II, deux livres étaient présents pendant les discussions des pères conciliaires : la sainte Bible bien sûr et la Somme de Théologie du « Docteur angélique ». C’est dire si la pensée de Thomas d’Aquin a marqué toute la réflexion théologique, philosophique depuis le XIIIe siècle, et combien il serait illusoire en quelques lignes de la résumer !
Thomas d’Aquin est un maître en pédagogie. La construction même de la Sommeen est la preuve. Pour vous en convaincre, n’hésitez pas à écouter sur internet la remarquable conférence de François Vallançon – http://www.youtube.com/watch?v=UKFGKfrM2HY -. L’objectif de tout enseignement est de rétablir l’ordre dans le domaine de l’intelligible. Loin des thèses et des antithèses, Thomas d’Aquin propose toujours d’écouter les anciens, souvent discordants, et de les unir dans une pensée toujours novatrice, concordante et issue de la contemplation de l’unique vérité : Jésus-Christ.
De même, en philosophie politique, Thomas d’Aquin met toujours le rétablissement de l’ordre comme précepte premier pour l’autorité et donc, la vertu de justice, comme prééminente pour toute autorité, quelle qu’elle soit – autorité parentale, autorité ecclésiale, autorité politique. Toutes ont comme première finalité de rendre la justice, de sortir du chaos pour retrouver l’harmonie du cosmos, et d’entrer dans le mouvement même de l’exitusreditus : la création issue de la Trinité en mouvement pour y retourner, avec pour unique chemin : Jésus-Christ, le même hier, aujourd’hui et demain.

 

 

 Paru dans Parole et prière de décembre 2013