Les saints anges

Faire aimer Dieu

Résultat de recherche d'images pour "anges médiévaux"

Comme il est curieux de noter combien , ces dernières années, le monde s’est préoccupé des anges, pendant que chez nombre de catholiques, la foi en leur existence allait s’affaiblissant. Et que dire de la prière d’intercession envers eux ! Pourtant, en professant le credo, nous proclamons bien un Dieu « Créateur du monde visible et invisible ». En lisant la Bible, nous rencontrons les anges sans cesse. La liturgie de l’Eglise leur fait référence en permanence et leur dédie une fête spéciale pour les Anges Gardiens, et une pour les trois Archanges, Michel, Gabriel et Raphaël.

Le catéchisme de l’Eglise catholique nous rappelle qu’il s’agit d’une vérité de foi. Dieu a voulu ces êtres, purs esprits, pour peupler le monde invisible, pour Lui rendre gloire, pour chanter ses louanges et se réjouir de sa grandeur ; pour servir de messagers et de serviteurs entre le monde invisible et notre monde visible, comme le montre si bien l’art de la Contre-Réforme – voyez ces anges de pierre qui montent et descendent dans la basilique Saint-Pierre de Rome. A l’existence des anges, vient se joindre une deuxième vérité, c’est la chute, attestée par la Parole de Dieu, d’un grand nombre d’entre eux à la suite du premier de tous, Lucifer, dans une révolte infernale contre le Créateur. Soyons donc bien prudents quant aux esprits qui s’agitent dans les sphères étroites qui partage le visible de l’invisible. Saint Ignace de Loyola a donné l’une des meilleures méthodes de discernement, pour savoir si les inspirations que nous ressentons viennent de bons ou mauvais esprits.

Dans le courant de ce mois d’octobre, pourquoi n’en profiterions-nous pas  pour raviver en nous notre reconnaissance pour cet Ange Gardien que le Seigneur a placé près de nous, afin de nous guider vers son Royaume ? Nous pourrions songer à le prier quotidiennement. Il est pour nous un intercesseur majeur entre Ciel et terre – le saint pape Jean XXIII et tant d’autres saints ont témoigné des grâces reçues par l’intermédiaire de leur ange gardien. Dans ces temps de combats spirituels, où le monde occidental en particulier, semble être sous de bien sombres influences, renouvelons notre confiance envers le Prince de la Milice céleste, comme l’avait demandé Jean-Paul II, lors d’un angélus dominical, en reprenant la prière dite de Léon XIII : « Saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat […] et précipitez en enfer Satan et les esprits mauvais qui errent dans le monde pour la perte des âmes.« 

Chronique parue dans Parole et Prière, octobre 2010

Publicités

Saint Joseph

Etre père aujourd’hui

 

 

Afficher l'image d'origine

Etre père ! Voilà aujourd’hui une aventure ! Et se reconnaître fils, ne l’est pas moins, tant la paternité s’est diluée, transformée, au point d’en être presque anéantie dans notre société. C’est pour cela sans doute que la figure de saint Joseph, après une période flamboyante, semble parfois désuète. Car son premier titre de gloire n’est-il pas d’être le père humain de notre Seigneur Jésus ? C’est ce qu’écrivait le pape Léon XIII : « Les raisons et les motifs spéciaux pour lesquels saint Joseph est nommément patron de l’Eglise et qui font que l’Eglise espère beaucoup, en retour, de sa protection et de son patronage, sont que Joseph fut l’époux de Marie et qu’il fut réputé le père de Jésus-Christ. De là ont découlé sa dignité, sa faveur, sa sainteté, sa gloire.« 

Face à la systématique déconstruction moderne de toute autorité, à commencer la paternelle, comme il est bon d’entendre encore Léon XIII : « De cette double dignité découlaient d’elles-mêmes les charges que la nature impose aux pères de famille, de telle sorte que Joseph était le gardien, l’administrateur et le défenseur légitime et naturel de la maison divine dont il était le chef. » Gardien, administrateur, défenseur, chef ! Pas sûr que ce discours plaise aujourd’hui… C’est pourtant bien là le rôle de tout père : père naturel, père spirituel, père d’une paroisse, père évêque, père abbé… que sais-je, mais père !

« Saint Joseph obéit aux anges ; il obéit aux hommes, du moins à ceux qui sont accrédités pour parler de la part de Dieu et il nous donne ainsi un grand exemple de l’Autorité. Son obéissance est rapide. Il part en pleine nuit, aussitôt qu’il le faut. Il ne se fait pas répéter l’ordre deux fois. Puisque Dieu veut qu’il en soit ainsi, cela suffit. » [Mgr Martin, archevêque de Rouen, 1954].

Que l’exemple de saint Joseph aide ceux qui doivent être père à l’être vraiment, sans démission. C’est une urgence dans notre monde. Et merci alors au Saint-Père de l’exemple quotidien qu’il nous en donne.

 

paru dans la revue Parole et Prière, mars 2013